Certificat d’Etudes Internationales Générales

(CEIG)

 

En quelques mots…

Le Certificat d’Études Internationales Générales s’adresse à des étudiants curieux de s’initier aux relations internationales.

Il se compose de :

  • Une « conférence de méthodes » sous la forme d’une séance de travaux dirigés hebdomadaire
  • Trois (puis quatre au second semestre) séminaires sous la forme de cours en amphithéâtre

 

L’organisation du certificat

Chaque étudiant suit le même parcours, qui se compose :

  •  D’une séance de travaux dirigés obligatoires, par groupe de vingt environ, à raison de deux heures par semaine (du début du mois d’octobre  à la fin du mois de mars). 
  • De cours d’amphithéâtre (appelés séminaires), à raison de deux heures par semaine.

 

Les travaux dirigés

Les séances portent sur un dossier international se prêtant à une analyse combinée de ses aspects politiques ou économiques et ses aspects juridiques.

Au premier semestre, les séances se scindent en deux parties:

  • D’une part et chaque semaine, un groupe de deux à trois étudiants présenter une revue de presse et d’actualité sur un sujet de leur choix touchant aux relations internationales. Ce travail implique de croiser différentes sources pour présenter efficacement et de manière synthétique une situation ou un événement actuel.
  • D’autre part, un autre groupe présente un exposé collectif portant sur le thème de la séance (l’Arctique, les migrations, l’Europe de la défense), cette fois sous forme de note de synthèse à l’oral.

 

Au second semestre, les exercices changent en un mémo politique et un atelier de lecture.

  • Le mémo politique consiste à rédiger puis à présenter oralement une note d’expertise et de programmatique (policy brief) à destination d’un membre du gouvernement présentant de façon claire et concise un sujet, ses options et ses enjeux.
  • L’atelier de lecture se rapproche de la note de synthèse mais la démarche est différente en ce qu’il s’agira de présenter, en groupe toujours, un texte, son auteur et ses arguments tout en questionnant ce qu’il avance.

 

Les cours d’amphithéâtre (séminaires)

Parallèlement aux conférences de méthode, trois cours sont dispensés en amphithéâtre au premier semestre avec un quatrième à partir du second semestre, à raison de deux heures par semaine.

  • Un cours d’introduction au droit des relations internationales qui consiste en une initiation aux
    mécanismes juridiques, internes et internationaux de droit régissant les relations inter-étatiques (30h annuelles)
  • Une introduction à l’analyse des relations internationales présentant la société internationale et ses acteurs ainsi que leur histoire (30h annuelles)
  • Un cours de problèmes politiques internationaux portant sur des thèmes et problématiques des relations politiques internationales contemporaines (30h annuelles)
  • Un cours d’institutions et relations économiques internationales présentant les thèmes et problèmes des relations économiques internationales – commerciales, monétaires et financières (15h, au second semestre)

Par ailleurs, l’Institut organise de nombreuses conférences tout au long de l’année, animées par des professeurs invités. Les étudiants du CEIG peuvent également assister aux cours des professeurs invités dispensés au CEJI.

 

Le mémoire (ou rapport d’expertise)

Les étudiants ont le choix entre rendre un mémoire ou un rapport d’expertise, généralement à la fin du mois d’avril.

L’étudiant(e) choisit son sujet de mémore, sous réserve d’une validation par le chargé de conférence. Il doit être intéressant tant du point de vue des connaissances mobilisées que du point de vue de l’étudiant.

Le rapport d’expertise, quant à lui, est un rapport tel que ceux pouvant être produits par des think tanks, ONG ou cabinets de conseil. Il a une finalité professionnelle et consiste à mettre en exergue des capacités d’analyse et de synthèse.

Les examens

La plupart des étudiants suivent le CEIG en parallèle d’une autre formation (L3, M1, M2, Inalco…). Il ne faut néanmoins pas sous-estimer la quantité de travail nécessaire à son obtention.

L’évaluation du CEIG se scinde en deux phases distinctes : l’admissibilité, puis l’admission.

 

La phase d’admissibilité

Pour pouvoir présenter les examens finaux (l’admission), l’étudiant doit d’abord être déclaré admissible. L’admissibilité comporte deux volets :

  • 50% de la note d’admissibilité fait l’objet contrôle continu, à travers la conférence de méthodes.
    • Moyenne du 1er semestre (coefficient 1) : elle se compose des notes de galop d’essai (30%) d’exposé (30%) de revue de presse (30%) et de la participation orale (10%).
    • Moyenne du 2nd semestre (coefficient 1) : elle se compose de la note de mémo politique (45%), de la note d’atelier de lecture (45%) et de la note de participation (10%). Il n’y a pas de galop d’essai au second semestre.
    • Mémoire ou rapport d’expertise (coefficient 1).
  • 50% de la note d’admissibilité relève d’une épreuve écrite finale, qui consiste en une épreuve de 4 heures visant à l’étude d’un dossier international de caractère interdisciplinaire sous forme de note de synthèse.

ATTENTION : une note inférieure à 6/20 à l’épreuve écrite ou au contrôle continu entraîne l’ajournement du candidat, sauf décision du jury après consultation de son dossier.

La note d’admissibilité au CEIG correspond donc à la moyenne des notes du contrôle continu et de l’examen final, à coefficient égal.

 

La phase d’admission

Les candidats ayant obtenu la moyenne de 40 sur 80 points à l’ensemble des notes d’admissibilité et d’admission obtiennent le Certificat.

Les épreuves d’admission sont écrites et consistent en quatre interrogations d’une heure trente de coefficient 1 portant sur les quatre amphithéâtres du certificat.
Une note inférieure à 6/20 à l’une de ces épreuves entraîne l’ajournement, sauf décision contraire du jury.

L’admissibilité et l’admission sont prononcées après délibération d’un jury composé de
collaborateurs de l’Institut ayant participé à la notation des candidats et présidé par l’un de ses directeurs. Les étudiants dont la moyenne atteint 13 sur 20, 15 sur 20 et 17 sur 20 obtiennent une mention « Assez Bien », « Bien » ou « Très Bien », respectivement. 

Les candidats ajournés peuvent repasser les épreuves lors d’une seconde session, et le redoublement peut être exceptionnellement autorisé. 

Il arrive fréquemment que des étudiants ne puissent pas se rendre à une ou plusieurs des épreuves d’admission, pour incompatibilité de calendrier. Ils peuvent également participer à la seconde session.

Les étudiants obtenant le CEIG après délibération spéciale du jury ne seront pas admis de droit à s’inscrire au CEJI.

Pour qui ?

Le CEIG s’adresse à un public venant de tous horizons. Il n’y a pas de pré-requis en soi pour suivre le certificat même si une formation en droit, langues ou sciences politiques est recommandable. Les enseignements sont généraux et constituent une réelle initiation à l’étude des relations internationales avec des professeurs enseignant pour la plupart en master à Paris II.

Peuvent y candidater :

  • Les candidats ayant validé les épreuves sanctionnant la deuxième année d’un premier cycle d’études supérieures (bac +2) ou équivalent
  • Les titulaires d’un diplôme d’institut d’études politiques obtenu en France
  • Les étudiants étrangers non titulaires d’un diplôme français sont soumis à un contrôle de leur niveau linguistique

Candidater

Si vous remplissez les prérequis ci-dessus et que vous souhaitez candidater au CEJI, il vous faudra remplir ce formulaire (lien actif du 18 juin au 13 juillet 2018). La procédure consiste notamment en la rédaction d’un CV et d’une lettre de motivation, suite à quoi le jury d’admission se prononcera en faveur ou en défaveur de l’inscription.

 

Témoignages

Au-delà de ses enseignements très complets, le CEJI m’a permis de développer ma spécialisation en droit institutionnel de l’Union européenne, grâce à la rédaction du rapport de recherches.

Mehdi RAFENNE

2016-2017

Au-delà de ses enseignements très complets, le CEJI m’a permis de développer ma spécialisation en droit institutionnel de l’Union européenne, grâce à la rédaction du rapport de recherches.

Mehdi RAFENNE

2016-2017